Intention d'investissement

Vous pouvez nous faire part de votre intention d’investissement dans la société, celle-ci ne vous engage en aucun cas. Cela nous permettra de vous réserver vos parts.

Je souhaite exprimer une intention d'investissement  


Une maladie pandémique

À ce jour, il y a près de 47 millions de personnes qui sont touchées dans le monde par la maladie d’Alzheimer. Elle pourrait en toucher 4 fois plus en 2050. La maladie d’Alzheimer est provoquée par l’action de deux toxines : Amyloïde et Tau, combinée au stress oxydatif et qui entraîne la dégénérescence des cellules. Durant plus de 20 ans, la recherche s’est focalisée sur l’une ou l’autre de ces toxines. Il n’existe actuellement aucun diagnostic précoce fiable ni de traitement pouvant modifier l’évolution de cette maladie : c’est un enjeu majeur de santé publique.


Une approche différenciée de la maladie

AlzProtect a été créée par les professeurs André Delacourte et Patricia Melnyk. Le Pr André Delacourte est un des rares docteurs à avoir disséqué post mortem un millier de cerveaux humains frappés ou non par Alzheimer. Jusqu’à présent la recherche isolait les toxines. AlzProtect a envisagé une approche plus globale. Les toxines Amyloïde et Tau annihilent le système d'autophagie des cellules, qui permet à celles-ci de se régénérer. Le produit phare d’AlzProtect : AZP2006, est la toute première molécule à rétablir le mécanisme de nettoyage des neurones. L’AZP2006 est un produit puissant au profil quasi idéal en termes de tolérance, biodisponibilité, facilité de fabrication, conservation et administration. La recherche sur les maladies neurodégénératives est longue. Afin d’obtenir des financements et des résultats plus rapides, AlzProtect a débuté ses recherches sur la paralysie supra-nucléaire progressive, une maladie orpheline. En février 2015, la société a obtenu de l’agence Européenne du médicament, le statut de « médicament orphelin » pour AZP2006. Ce statut offre des réductions de frais administratifs, une assistance de l’EMA dans l’élaboration des protocoles d’études cliniques, un développement clinique potentiellement accéléré et la possibilité d’être éligible à certaines subventions. C’est un médicament intraneuronal, non synaptique, et il contribuera a priori au confinement par la guérison des neurones qui propagent le mal à leurs voisins et par la restauration de la capacité des neurones voisins à le contenir. Il a été testé chez l’Homme sur 88 sujets sains lors de deux études cliniques de phase I et a démontré une excellente tolérabilité, sans effet indésirable.

AlzProtect dispose de 4 familles de brevets internationaux couvrant les médicaments qu’elle développe et leurs indications au plan mondial.

L’entreprise emploie 8 salariés et bénéficie du soutien de BPI France, de l’Agence Nationale de la Recherche, de l’Université Lille 2, de l’INSERM et d’Eurasanté.


LA PSP, UNE MALADIE NEURODEGENERATIVE RARE

La PSP est une maladie neurodégénérative rare qui se caractérise par une dégénérescence neurofibrillaire et une perte neuronale dans le tronc cérébral, les noyaux gris centraux, le cortex frontal moteur et associatif. La maladie provoque des lésions du tronc cérébral affectant progressivement l’équilibre, la vue, la mobilité, la déglutition et la parole.

Le nombre de cas de PSP en Europe et aux États-Unis est estimé, respectivement à 30 000 et 25 000 cas. L’espérance de vie chez le patient atteint de la PSP est estimée entre 5 et 7 ans. Il n’existe aucun traitement à ce jour permettant de stopper ou ralentir la maladie.


Le marché de l’Alzheimer

En 2014 on dénombrait 6800 essais cliniques de phase II et III dans le cancer contre 60 seulement dans Alzheimer. Pourtant, chaque année la maladie d’Alzheimer progresse à grand pas : on dénombre 225 000 nouveaux cas annuel dans l’hexagone et l’on estime qu’il y aura en France en 2020, 1,3 M de malades. Cette maladie neurodégénérative voit son épidémiologie doubler tous les 20 ans dans les pays développés. Le marché mondial concernera 81 M de personnes en 2040. Mesurée par l’effort de R&D rapporté au nombre de patients et de décès, la concurrence est donc à peu près quarante fois moins intense dans l’Alzheimer que dans le cancer. La rémunération du risque pris sera donc bien plus élevée dans le neurodégénératif que dans le cancer en cas de succès.


LES QUATRES RAISONS D’INVESTISSMENT

AlzProtect se démarque de la concurrence par : 

1. L'exceptionnelle biodisponibilité de son produit-phare (pénétration dans le cerveau), 

2. Sa parfaite tolérance en essais clinique humaine de phase I sur 88 sujets sains, 

3. Sa puissante efficacité simultanée sur les trois troubles majeurs de l'Alzheimer, à savoir la toxicité Abêta, la dégénérescence neurofibrillaire Tau et le stress oxydatif des neurones, 

4. Le caractère spectaculaire des tests comportementaux de conservation de la mémoire des souris. 


Les partenaires

logo Université de Lille
Université de Lille

logo Finovam
Finovam

logo L'Europe s'engage
L'Europe s'engage

Présentation corporate

Projet clôturé